search
for
 About Bioline  All Journals  Testimonials  Membership  News  Donations


African Crop Science Journal
African Crop Science Society
ISSN: 1021-9730
EISSN: 2072-6589
Vol. 25, No. 4, 2017, pp. 441-456
Bioline Code: cs17040
Full paper language: French
Document type: Research Article
Document available free of charge

African Crop Science Journal, Vol. 25, No. 4, 2017, pp. 441-456

 fr NORMES TECHNIQUES ET PRATIQUES LOCALES DES PRODUCTEURS DANS LES PERIMETRES RIZICOLES IRRIGUES DE TOULA ET DE BONFEBA AU NIGER
MOSSI MAÏGA, I.; ALOU HIMADOU, A.; HAOUGUI, A.; SOULEYMANE, A. & IBRO, G.

Résumé

Au Niger, la riziculture contribue pour beaucoup dans la sécurité alimentaire des populations. Les différents investissements effectués par le pays ont permis de promouvoir la riziculture irriguée dans la vallée du fleuve avec deux récoltes de riz par an et donc d’augmenter significativement les productions. Mais, force et de constater que les normes techniques censées être en application sur les périmètres rizicoles irrigués ont subi des changements au fil des années réduisant, ainsi, les performances espérées de cette riziculture moderne. La présente étude avait pour objectif d’analyser l’évolution des normes techniques de la production du riz et les pratiques locales dans les périmètres irrigués. L’étude s’est déroulée sur deux périmètres rizicoles irrigués au Niger et s’est basée sur des enquêtes auprès d’informateurs clés. Les enquêtes se sont basées sur un guide-questionnaire où il s’agit pour l’informateur-clé de répondre à différentes questions en rapport avec les pratiques agricoles liées à la culture du riz dans les périmètres rizicoles irrigués. L’analyse des données a été effectuée en utilisant les logiciels Excel, R Commender et le logiciel Nvivo. Les résultats obtenus ont montré qu’il y a une grande diversité entre les normes techniques et les pratiques sur le terrain. En plus des variétés homologuées, le choix des producteurs a porté aussi sur les variétés appelées communautaires alors que les règles l’ont interdit sur les périmètres irrigués. Les repiquages n’ont pas respecté la norme qui était de 25 poquets par m². Les doses d’herbicide apportées par les producteurs ont varié de 80 à 240 g ha-1 alors que la dose recommandée était de 80 g ha-1. La fertilisation minérale étaitloin des normes prescrites non seulement en termes de quantité mais aussi en termes de fréquence d’application. Ces sous performances sont dues à l’inefficience de l’encadrement technique qui n’arrive pas à toucher le plus grand nombre de producteurs. L’encadrement technique manque de moyens tant matériel que technique et se base encore sur des méthodes traditionnelles pour diffuser le conseil agricole. Les méthodes appliquées aujourd’hui sont dépassées. Il serait donc nécessaire que les méthodes de diffusion du conseil agricole soient révisées. L’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication peut être une bonne opportunité pour une diffusion efficace du conseil agricole.

Mots Clés
Périmètre rizicole irrigué; normes techniques; riziculture

 
 en
MOSSI MAÏGA, I.; ALOU HIMADOU, A.; HAOUGUI, A.; SOULEYMANE, A. & IBRO, G.

Abstract

In Niger, rice cultivation contributes significantly to the food security of populations. The various investments made by the country have made it possible to promote irrigated rice growing in the valley of the river with two crops of rice per year and thus to increase production significantly But it is clear that the technical standards that are supposed to be applied to irrigated rice areas have undergone changes over the years, thus reducing the expected performance of this modern rice crop. The objective of this study was to analyse the evolution of technical standards of rice production and local practices in irrigated areas. The study was carried out on two irrigated rice-producing sites in Niger and was based on survey involving key informants. The results showed that there was a great diversity between technical standards and practices in the fields. In addition to the approved varieties, the choice of producers also covered Community varieties, whereas this practice is prohibited on irrigated areas. Transplanting did not meet the standard of 25 pockets per m². The herbicide doses used by the producers varied from 80 to 240 g ha-1 ; while the recommended one was 80 g ha-1. Mineral fertilisation was different from the prescribed standards ; not only in terms of quantity but also in terms of application frequency. These under performances are due to the inefficiency of technical management which does not reach the greatest number of producers. Technical supervision lacks technical and material resources and is still based on traditional methods for disseminating agricultural advice. The methods applied today are outdated. It would, therefore, be necessary to revise the farm council’s dissemination methods.

Keywords
Rice cultivation; rice irrigated fields; standards technical

 
© Copyright 2017 - African Crop Science Society

Home Faq Resources Email Bioline
© Bioline International, 1989 - 2022, Site last up-dated on 10-Dec-2021.
Site created and maintained by the Reference Center on Environmental Information, CRIA, Brazil
System hosted by the Internet Data Center of Rede Nacional de Ensino e Pesquisa, RNP, Brazil