search
for
 About Bioline  All Journals  Testimonials  Membership  News  Donations


African Crop Science Journal
African Crop Science Society
ISSN: 1021-9730 EISSN: 2072-6589
Vol. 9, Num. 1, 2001, pp. 33-39
African Crop Science Journal

African Crop Science Journal, Vol. 9, No. 1, March 2001, pp. 33-39

Évaluation Post Récolte de Six Génotypes de Patate Douce Sélectionnés a L'est du Congo

M. Feruzi, P. Phemba, M. Ngongo, V. Hagenimana1 et N. B. Lutaladio2
Institut National Pour L'etude et la recherche agronomiques, Centre de Recherche de Mulungu, D. S. Bukavu, Sud-Kivu, R. D. Congo, B. P. 327 Cyangugu, Rwanda
1Centre International de la Pomme de Terre, Nairobi, P. O. Box 25171, Naïrobi, Kenya
2Organisation Mondiale pour L'Alimentation (F. A. O.), Agcp, C-783, Viale Delle Terme di Carcalle 00100 Rome, Italy

Code Number: CS01032

RÉSUMÉ

Six variétés de patate douce étaient évaluées en deux répétitions dans le temps (1998 et 1999), pour leurs potentiels post - récoltes comprenant les qualités organoleptiques, nutritionnelles et conservatoires. Aprés l'appréciation de la forme et la couleur de la peau des tubercules frais, les tubercules bouillis ont subit l'évaluation de la texture, la saveur, la couleur de la chair et l'acceptabilité globale par un panel de 30 dégustateurs non formés. Un autre lot de tubercules frais de mêmes variétés fut mis en conservation pendant 60 jours dans trois modes paysans de conservation (grenier, panier et fosse) pour évaluer les pertes dues à l'évapotranspiration, aux pourritures, à la germination ainsi que l'évolution au cours de temps de stockage de la teneur en protéines, en vitamine A et en matière sèche. Les résultats obtenus ont montré que les variétés Benikomachi et Caroline. Lee très appréciées pour les qualités organoleptiques se sont caractérisées par un taux de matière sèche élevé (41% et 39%), une forte détérioration d'aspect extérieur après conservation et, les pertes de poids les plus élevées soit 37%. Les variétés Yanshu 1 et White Delite moins appréciées pour les qualités organoleptiques, affichent un taux de matière sèche faible (26% et 28%) et une perte de poids après conservation s'élevant à 31%. Les variétés Mugande et Karebe II de qualités organoleptiques intermédiaires présentent un taux de matière sèche intermédiaire 36% et 38%, avec les pertes de poids les plus faibles (27%). Quant à la vitamine A et aux protéines, elles ont subit une perte de 20% au bout de 60 jours de conservation. Cependant cette diminution de potentiel nutritionnel n'était pas lié au mode de conservation. Le mode de conservation en fosse est celui qui a occasionné la plus faible perte de poids (21,9%) mais avec un taux de germination le plus élevé (cote 4). Cette étude qui était une évaluation de germoplasme en qualités organoleptiques et en potentiel de conservation a permis d'identifier les variétés Mugande et Karebe II comme étant les meilleures.

Mots Clés: Conservation, fosse, grenier, panier, patate douce, vitamine A

ABSTRACT

Six sweetpotato varieties were respectively evaluated for their post-harvest characteristics such as organoleptic, nutritional and storage qualities in 1998 and 1999. Fresh roots were evaluated for the shape and colour, and once cooked, they were ranked by 30 untrained panelists for the texture, taste, colour and their overall acceptability. To evaluate the weight loss due to the evapotranspiration, decay and sprouting, and the effect of storage on vitamin A and protein contents, a batch of roots from each of the above indicated varieties were stored for 60 days in pits, baskets and granaries. Varieties Benikomachi and Caroline with high levels of dry matter contents (41 and 39% respectively) ranked high for their organoleptic characteristics, however, they had the highest loss of weight (36%) and were the first to decay during the storage. Varieties Yanshu 1 and white Delite ranked low for their organoleptic characteristics, had the lowest dry matter contents of 26% and 28% respectively and recorded weight loss of 31% during the storage. Varieties Mugande and Karebe II had intermediary dry matter contents (36-38%) but had the lowest weight loss fo 27% during the storage. Vitamin A and protein contents decreased by 20% after 60 days of storage. Low root weight losses (22%) occurred in pits,but the roots sprouted. Varieties Mugande and Karebe II were rated poorest in terms of storage qualities.

Key Words: Storage, granary, pits, storage, sweetpotato, vitamin A

INTRODUCTION

Les plantes à racines et tubercules sont des cultures très importantes en République Démocratique du Congo (Ewell, 1992). Parmi elles, la patate douce occupe la deuxième place après le manioc (FAO, 1989). Cette dernière est estimée à 414,000 tonnes pour une superficie de 109,000 hectares (CIP, 1999). La patate douce est exploitée à petite échelle surtout par les femmes, et joue un rôle prépondérant dans la sécurité alimentaire familiale de manière que dans le Bushi elle porte le nom de «Cilera Bana» ou gardien des enfants, c'est à dire tant qu'elle est là, la survie des enfants est assurée (Mutombo et al., 1999).
Malgré cette importance, la patate douce n'a commencé à faire l'objet de la recherche qu'à partir des années 1990. Jusqu'à un passé récent, les recherches n'ont malheureusement porté que sur le développement des variétés à rendement élevés, résistantes aux maladies et aux pestes d'intérêt économique (Phemba et al., 1998). La conservation des tubercules tout comme les autres études post récoltes n'avaient pas bénéficié de l'attention de la recherche. Pourtant, bien que dans la plupart de cas la patate douce est cultivée pour l'autosuffisance, elle est de plus en plus commercialisée. Dès lors, la nécessité de tenir compte de critère du marché et même de prolonger la conservation s'avère impérieuse.

Traditionnellement, la conservation de tubercules de patate douce ne date pas d'aujourd'hui. Woolfe (1992) affirme qu'elle est connue en Nouvelle Zélande depuis des siècles. Elle est pratiquée aussi dans plusieurs autres pays asiatiques tels que la Chine, le Japon, la Nouvelle Guinée, le Bangladesh, etc. En Afrique aussi la conservation des tubercules de patate douce est une pratique connue. Ainsi au Mozambique et au Malawi, la conservation se fait dans la fosse (Lancaster et Coursey, 1984). Au Nigéria, par contre, elle se fait sur étalage au dessus du foyer. Dans ces conditions les pertes avoisinent 95% (Olorundo, 1979). Au Cameroun, après l'exposition au soleil les tubercules sont placés à un endroit sec ou dans un panier couvert de la paille ou des feuilles de bananier (Numfor et Lyonga, cités pr Woolfe, 1992). Au Congo, et précisement à l'est, la pratique de conservation des tubercules n'est pas très fréquente mais circonstancielle. Les circonstances qui favorisent cette dernière sont notamment la surproduction, le besoin de libérer le terrain pour la préparation de la campagne prochaine et l'attente des prix meilleurs. Les tubercules sont placés soit dans un grenier ou dans un panier et parfois enfouis dans le sol en attendant leur utilisation. Le constat paysan du milieu, affirme que les tubercules de certaines variétés de patate douce tolèrent ces conditions de conservation mieux que d'autres. En réalité, serait-ce un problème de génotype ou de conditions de conservation? La présente étude se propose d'identifier au moins une variété aux meilleures caractéristiques post récoltes.

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Cinq variétés de patate douce récemment sélectionnées à Mulungu: Yanshu 1, White delite, Benikomachi, Mugande et Karebe II, et une très ancienne variété considérée comme locale Caroline lee étaient plantées pendant deux saisons à Ludaha (2100 m alt), Muku (1850 m alt) et Mulungu (1750 m alt), situées dans la province du Sud Kivu en République Démocratique du Congo. Cette plantation était faite non pour l'évaluation en champs mais seulement pour la production des tubercules destinés à l'évaluation post récolte dans ces sites. Caroline lee est généralement considéerée comme ayant des bonnes qualités gustatives, elle a servi de témoins. La récolte était faite à 5 mois. Une évaluation basée sur l'uniformité et la forme des tubercules, la couleur de la peau et de la chair était faite par un panel de 30 paysans par site. L'appréciation organoleptique, ainsi que la matière sèche étaient déterminée dans les 48 heures qui suivaient la récolte. Les tubercules destinés à la conservation étaient mis dans des sacs en jute et placés dans le grenier, le panier et la fosse pendant 60 jours. Les conditions de conservation (températures et humidité relative) étaient variables en fonction de mode de conservation. Sauf pour le cas des appréciations après conservation dont l'échelle de cotation allait de 1 à 7, toute autre appréciation était cotée de 1 à 5. 1 étant la cote la plus basse et 5 la cote la plus élevée.

Détermination de la matière sèche. Trois tubercules de chaque variété étaient découpés à la main en fines lamelles (< à 1 mm), et mélangées ensembles. Cinquante grammes répétés 4 fois pour chaque variété étaient prélèvés et séchés à l'étuve à 60ºC jusqu'au poids constant (Cristina et al, 1994). Le pourcentage de matière sèche était calculé par la formule suivante:

M.S = Poids sec x 100, où M.S.= Matière sèche
Poids frais

Evaluation qualitative des échantillons frais. Chaque variété était soumise à l'appréciation de l'apparence sur base de la couleur de la peau, la couleur de la chair, et l'acceptabilité globale. Cette appréciation était faite par un groupe de 30 personnes.

Evaluation qualitatives des échantillons bouillis. Les tubercules entiers non épluchés de chaque variéte étaient bouillies jusqu'au ramollissement total (environ 40 minutes). Les tubercules épluchés, découpés en rondelles d'au moins 5 mm d'épaisseur placés sur des assiettes blanches numérotées et disposées de manière aléatoire en 3 répétitions, étaient soumis à l'appréciation de la texture, de la saveur, de l'apparence et de l'acceptabilité globale.

Evaluation des caractéristiques de stockage. Cinq kilogrammes de chaque variété répétés 3 fois, mis en sac en jute et placés dans le grenier, panier et fosse étaient conservés pendant 60 jours à Muku, Ludaha et Mulungu. Les conditions quotidiennes de conservation pendant toute la durée de l'expérimentation se présentaient de la manière suivante: Fosse (tº moy. 28, 1ºC, Hr 91,3%), Grenier (tºmoy 15, 9ºC, Hr. = 84,9%) et Panier (tº moyenne 17, 4ºC). L'évaluation du degré de pourriture, de germination et les pertes de poids étaient déterminée selon la méthode de Data et al. (1992) après 60 jours de conservation. Une autre appréciation sur base de l'aspect extérieur: vivacité de la couleur, présence de germes et les pourritures, était faite.

Evaluation de potentiel nutritionnel. Comme pour la matière sèche, le taux de protéines et la teneur en vitamine A étaient déterminés à la récolte et à 60 jours après récolte. Le taux de protéines de tubercules était déterminé par la méthode KJEDALLH (Tekalign et al., 1991). La détermination de vitamine A était faite par la méthode chromatographique sur colonne et la spectrophotométrie décrite par Immungi et Potter (1973).

RESULTATS ET DISCUSSIONS

Les Tableaux 1, 2 et 3 ci dessous reprennent les teneur en matière sèche, en vitamine A, et en protéines ainsi que les appréciations des qualités organoleptiques et pertes de poids des tubercules de patate douce à la récolte et après 60 jours de conservation en fosse, en panier et grenier.

Taux de matière sèche. A la récolte, le taux de matière sèche ètait de 34,7% en moyenne. Le taux le plus élevé soit 41,0% aété enregistré pour la variété Benikomachi alors que le plus faible était celui de Yanshu 1 (26,0%). De l'examen des Tableaux 1 et 3, il se dégage une certaine correlation positive entre la saveur sucrée des tubercules et leurs teneurs en matière sèche. En effet la variété Benikomachi ayant affiché le taux le plus élevé de matière sèche 41% a eu aussi la meilleure cote de la saveur sucrée. Et Yanshu 1 dont la teneur en matière sèche était faible avait une faible cotation de la saveur sucrée. Dans le même ordre d'idée Karebe II et Mugande, intermédiaires du point de vue de la saveur sucrée ont montré des valeurs relativement élevées en matière sèche (36 - 38%). En observant le Tableau 3 on constate que la matière sèche s' accroît avec le temps de conservation. De 34,7% à la récolte, elle est passée à 38,8% aprés 60 jours de conservation. Tout comme à la récolte, à 60 jours après la récolte, la variété Benikomachi s'est distinguée par le taux le plus élevé de matière sèche à savoir 44,1% tandis que le taux le plus faible a été observé sur White delite (30,2%). Cet accroissement de la matière sèche se justifie entre autre par les pertes d'humidité des tubercules par évapotranspiration.

Appréciation des racines fraîches. Le Tableau 1 présente les appréciations de degustateur sur l'aspect extérieur (forme de tubercules et couleur de la peau), la couleur de la chair et l'acceptabilité globale des variétés évaluées. La cotation de l'aspect extérieur des tubercules évalués était comprise entre 2, 8 à 3, 5. Et la couleur de la chair entre 2, 6 à 3, 8. L'acceptabilité globale a permis de regrouper les six variétés en deux classes, la meilleure (avec une cotation moyenne de 3,5) englobant Benikomachi, Karebe II, Mugande et Caroline lee et la suivante comprenant Yanshu 1 et White delite (cote moyenne 2,6). Dans cette appréciation, il n'est pas apparue une relation quelconque entre la couleur de la chair et la couleur de la peau. D'autres facteurs relatifs à l'apparence extérieure mais non décrits dans ce travail, tel que le volume de la racine, la forme et la présence des imperfections de surface telles que les craquelures peuvent avoir eu une influence sur l'appréciation globale des tubercules de variétés évaluées.

Appréciation des échantillons bouillis. En moyenne, la texture des tubercules était jugée bonne (cote 3,4). Caroline lee était la plus appréciée du point de vue de ce paramètre (cote 4,4) trandis que White delite avait reçu la cote la plus faible (2,0). L'analyse statistique n'a pas montré de différence significative entre les variétés du point de vue de la couleur des tubercules après cuisson. Par contre, les mêmes variétés se sont montrées significativement différentes en texture, saveur et acceptabilité globale. On peut considérer que la couleur de la chair n'avait pas d'influence significative sur l'appréciation globale de ces six variétés étudiées. De toutes les variétés en évaluation, seule Benikomachi s'est montrée semblable à Caroline lee à tout point de vue (Tableau 1). Par contre les variétés Yanshu 1 et White delite ont été jugées moins bonnes que Caroline lee du point de vu texture, saveur et acceptabilité globale. Quant aux variétés Mugande et Karebe II, elles se sont avérées moins bonnes que le témoin en ce qui concerne la texture, et sont semblables à ce dernir du point de vue de l'apparence, la saveur et l'acceptabilité globale. De ce qui est décrit plus haut, il apparaît qu'aucune variété évaluée n'a été supérieure au témoin (Caroline lee).

Appréciation du potentiel de conservation. Effet variétal. Le potentiel de conservation (la germination, les pourritures, les protéines et les vitamines A) après 60 jours de conservation bien que n'ayant pas fait l'objet d'une analyse statistique s'est montré lié au génotype. En effet du point de vue de pertes de poids, les pertes les plus élevées ont été enregistrées sur la variété témoin Caroline lee et la variété Benikomachi. Au bout de 60 jours de conservation, ces deux variétés ont perdus plus du tiers de leurs poids alors que les autres ont perdus moins que la moyenne générale (31,8%). Par contre le taux de germination le plus élevé était enregistré sur la variété White delite (cote 3,3) tandis que Yanshu 1 vient en dernière position avec une cote moyenne de 2,3. De ce point de vue, ces deux premières variétés ne sont pas recommandables pour une conservation de longue durée. En effet la germination des tubercules constitue une caractéristique négative en ce sens qu'elle réduit la valeur marchande de patate douce. Tout comme pour la perte de poids, la variété Benikomachi a connu plus des pourritures pendant la conservation soit au moins le double des autres variétés. White delite s'est montrée de loin moins affectée par la pourriture que les autres variétés. Contrairement au taux de matière sèche, la teneur en protéines n'a pas varié sensiblement pendant la conservation. Mugande et Karebe II sont celles qui avaient les teneurs les plus élevées en protéines avec respectivement 2, 3 et 2,2% alors que la moyenne générale de la présente étude est 1,2%. Il convient de signaler que toutes les six variétés n'ont pas connu une même variation de la teneur en protéines pendant la conservation. De manière générale la moyenne s'est située à 30%. Quant à la perte en vitamine A des tubercules frais, elle s'est élevée à 59% pour une période de conservation deux mois. A première vue ces résultats contrastent un peu ceux de Hagenimana et al. (1999) selon lesquels les cossettes de patate douce séchées perdent entre 59 à 70% de vitamine A pour une conservation de 11 mois. Ce contraste s'expliquerait par les réactions métaboliques qui continuent à s'opérer dans les tubercules frais de patate douce en conservation.

A la récolte c'est la variété Benikomachi qui s'est distinguée par le taux le plus élevé de vitamine A soit 152 mg/100 g contre une moyenne générale de 93.3 mg/ 100g. Après conservation cette variété a perdu sa 1ère place au profit de Karebe II (59 mg).

Effet mode de conservation L' examen des Tableaux 1 et 2 révèle que la conservation en fosse occasionne moins de pertes de poids des tubercules que la conservation en grenier et en panier. L'analyse statistiqe montre une différence significative entre la fosse et les deux autres modes à savoir le grenier et le panier. Ces deux derniers modes ne diffèrent pas entre eux quant à la perte de poids. Ceci s'explique par une faible évaportranspiration des tubercules dans la fosse. De même on a noté moins de pourritures sèches en fosse qu'en panier et grenier. Par contre le taux le plus élevé de germination des tubercules a été observé dans la fosse (cote 4) qui est supérieur à la cote 2 enregistrée en panier et en grenier. Ceci se comprend dans la mesure où la température et l'humidité relative élevées, ainsi que l'obscurité dans la fosse offrent des conditions favorable à la germination. Les modes de conservation n'ont pas eu d'effet notable sur la teneur en protéines et en vitamine A.

CONCLUSION

Le but de la présente étude était d'évaluer le comportement post récolte de 5 variétés de patate douce sélectionnées au Programme National de Recherche sur les Tubercules au Congo (PNRT). Sur base des résultats enregistrés, les variétés Karebe II et Mugande ont été les meilleures en potentiels de conservation (faible perte de poids, germination tardive). Par contre en qualité organoleptique, la variété Benikomachi et Caroline lee (témoin) ont occupés les premières places. Yanshu 1, variété très productive et stable (Phemba et al., 1998), et White delite ont été les deux variétés les moins appréciées du point de vue saveur, un critère capital pour les consonmmateurs. Aucune variété n'a réuni en elle seule toutes les performances post récolte. Toutefois Karebe II et Mugande de saveur sucrée intermédiaire semblent être les mieux classées de toutes, parce que réunissant en elles les meilleures cotes en potentiel de conservation, taux de matiè sèche moyennement élevés et des bonnes appréciations gustatives. Les résultats de ce travail montrent qu'à l'avenir, pour la sélection des variétés à diffuser, il serait intéressant d'ajouter au critère rendement au champ et stabilité de production, les considération post récoltes. Une étude d'amélioration de ces modes paysans de conservation de la patate douce dans notre région s'avère nécessaire.

BIBLIOGRAPHIE

C.I.P., 1999. A compendium of key figures and analysis for three important sweetpotato producing countries. International Potato Center, Lima, Peru.

Cristina, F., Molina, J.P. and Carey, E.E. 1994. Farmer participation in the selection of new sweet potato varieties. CIP Research Guide 5. International Potato Center, Lima, Peru 28pp.

Data, E.S., Palomar, L.S., Enrico, P.S. and Estoy, L.S. 1992. Postharvest characteristics of sweet potato genotypes produced from the sweet potato breeding program in the Philippines. Proceedings ISTRC Symposium, Bangkok, Thailand.

Ewell, P. 1992. The sweet potato in eastern and southern Africa and CIP's collaboration with NARS. In: Sweet potato situation and priority research in west and central Africa. Proceedings of the workshop held in Douala, Cameroon, July 27- 29, 1992. International Potato Center, Lima, Peru.

FAO (Food and Agriculture Organisation of the United Nations), 1989. FAO Production Year 1988. FAO. Rome.

Hagenimana, V. 1999. Carotenoid contents in fresh, dried and processed sweet potato products. Ecology of Food and Nutrition 37:455- 473.

Lancasetr, P.A. and Coursey, D.G. 1984. Traditional post-harvest technology of perishable tropical staples. FAO Agricultural Service Bulletin 59:38- 40.

Mutombo, T., Phemba, P., Feruzi, M., Lutaladio, N.B. and Ewell, P. 1999. Pomme de terre et Patate douce au Bushi, Editions du centre d'Etudes et de recherche pour la promotion Rurale, Institut Supérieur de Développement Rural, Bukavu, République Démocratique du Congo. 57 pp.

Olorundo, A. 1979. Storage and processing of some Nigerian root crops. In: Small-scale processing and storage of tropical roots crops. Placknett, D. (Ed.), pp. 90 - 99. Westview Press, Boulder, Co.

Phemba, P., Mutombo, T., Lutaladio, N. and Carey, E.E. 1998. Performances et stabilité de rendement des génotypes de patate douce dans divers environnements à l'est du Congo. African Crop Science Journal 6:109- 118.

Tekalign, T., Haque, I. and Aduayi, E.A. 1991. Soil, plant, water, fertilizer, animal manure and compost analysis manual. Plant Science Division Working Document 13, ILCA, Addis Ababa. Ethiopia.

Woolfe, J.A. 1992. Sweetpotato an untapped feed resource. Cambridge university Press Cambridge.

TABLEAU 1. Appréciation de l'aspect extérieur et des qualités organoleptiques des tubercules des variétés de patate douce évaluées
Genotypes
Aspect exterieur
Qualités Organoleptiques
A la récolte
60 jours après
Texture
A la récolte
Acceptabilité
60 jours après
Acceptabilité globale
Acceptabilité globale
Couleur
Saveur
Acceptabilite globale
Mugande
3,4
6,4
3,5
3,0
3,5
3,7
5,1
Karebe II
3,5
5,9
3,4
2,7
3,2
3,4
4,6
Yanshu I
2,8
2,7
2,7
2,8
3,0
2,8
2,7
White delite
2,4
2,3
2,0
2,1
2,6
2,4
4,0
Benikomachi
3,7
2,3
4,2
3,6
4,5
4,2
5,4
Caroline lee (T)
3,5
4,0
4,4
3,4
4,4
4,2
3,2
Moyennes
3,2
3,8
3,4
2,9
3,5
3,5
4,1
L. S. D. (P=0,05)
0,9
0,6
0,7
0,9
0,2
0,7
0,7
C. V. (%)
30,1
9,4
25,1
31,2
27,7
25,1
9,8

TABLEAU 2. Appréeciation physique des tubercules de patate douce après 60 jours de conservation dans 3 modes paysans de conservation
Genotypes
Germination (Cotes)
Pourritures (Cotes)
Pertes de poids (%)
Fosse
Panier
Grenier
Moyennes
Fosse
Panier
Grenier
Moyennes
Fosse
Panier
Grenier
Moyennes
Mugande
4
2
2
2,7
2
2
2
2
31,5
31,2
17,4
26,7
Karebe II
4
2
2
2,7
1
2
2
1,7
38,6
28,1
17,4
28,0
Yanshu I
4
3
2
3,0
2
3
3
2,7
37,6
43,9
12,2
31,2
White delite
4
2
2
2,7
2
2
2
2
38,9
39,0
34,1
37,3
Benikomachi
3
2
2
2,3
2
3
2
2,3
38,7
41,5
27,9
36,0
Caroline lee (T)
5
3
2
3,3
1,
2
2
2,2
35,6
36,1
22,7
31,5
Moyennes
4
2,3
2
2,8
1,7
2,3
2,2
2,1
31,8
L. S. D. (P=0,05)
4
2,3
2
2,8
1,7
2,3
2,2
2,1
9,6
C. V. (%)
-
-
-
-
-
-
-
-
32,5

Degré de germination allant de 1 à 5 sur base de la moyenne de nombre de germes par tubercules 1 = 0 germes et 5 = 10 germes
Degré de pourritures allant de l à 5 sur base de% tubercules pourris 1 = 0%, 2 = 1 - 19%, 3 = 20 - 49%, 4 = 50 - 79%, 5 = 80 - 100%

TABLEAU 3. Evolution des teneurs de Vitamine A, de protéines et de matières sèches de tubercules de patate douce après 60 jours conservation dans 3 modes paysans de conservation
Genotype
Vitamine A (µg/100g)
Proteines (%)
Matieres seches (%)
A 60 jours apres recolte
A 60 jours apres recolte
A 60 jours apres recolte
A la recolte
Fosse
Panier
Grenier
Moyenne
A la recolte
Fosse
Panier
Grenier
Moyenne
A la recolte
Fosse
Panier
Grenier
Moyenne
Mugande
72
31
20
33
28,0
2,3
1,1
1,0
0,8
1,0
36,6
39,6
42,5
38,3
40,3
Karebe II
92
67
26
85
59,3
0,7
1,1
1,0
0,9
1,0
38,0
35,0
43,3
42,5
40,2
Yanshu I
152
20
22
38
26,7
0,5
0,6
0,7
0,7
0,7
41,0
44,8
46,6
40,8
44,1
White delite
89
24
63
31
39,3
0,7
0,7
0,5
0,7
0,6
39,0
41,3
40,8
43,3
41,8
Benikomachi
88
41
29
45
38,3
2,2
0,4
0,9
0,7
0,7
26,0
33,3
33,3
33,8
33,4
Caroline lee (T)
67
46
37
22
35,0
1,0
0,6
0,7
0,8
0,7
28,0
35,0
32,8
33,0
33,6
Moyennes
93,3
38,2
32,8
42,3
37,8
1,2
0,8
0,8
0,8
0,8
34,7
38,2
39,9
38,6
38,9
S. D.
±16,2
±5,3
±8,7
±11,2
±5,2
±0,2
±0,1
±0,1
±0,0
±0,0
±1,2
±0,9
±0,2
±0,5
±0,2

 

Home Faq Resources Email Bioline
© Bioline International, 1989 - 2014, Site last up-dated on 16-Nov-2014.
Site created and maintained by the Reference Center on Environmental Information, CRIA, Brazil
System hosted by the Internet Data Center of Rede Nacional de Ensino e Pesquisa, RNP, Brazil